?>

Eau potable : service géré par la SPL O des Aravis

Assainissement collectif

Assainissement autonome

Ce service est géré par le S.I.A.B.D. en mairie de Dingy-Saint-Clair. Le syndicat assure le contrôle régulier obligatoire des dispositifs d’assainissement, selon une périodicité de 8 ans par l’intermédiaire de son prestataire,  le cabinet Gilles Nicot.

Le contrôle régulier est financé par une redevance annuelle de 25,00 € TTC. Des contrôles complémentaires à la demande sont possibles, notamment dans le cas de nouveau dispositif, de réhabilitation ou de vente d’un bien. Ces interventions sont facturées aux demandeurs, se renseigner en mairie.

  • Règlement d’assainissement non collectif : cliquez ici
  • Fiche d’acceptation des dispositions relatives au contrôle avant travaux ou avant vente des installations d’assainissement autonome : cliquez ici
  • Filières d’assainissement non collectif 2013: les notices techniques : cliquez ici.
  • Rapport annuel  de fonctionnement du service 2014 2015 2016 , 2017, 2018
  • Vidanges groupées :
    Le Syndicat Intercommunal (S.I.A.B.D.) organise des tournées de vidanges groupées sur l’ensemble des trois communes (Alex, La Balme de Thuy et Dingy-St-Clair) permettant de bénéficier de tarifs négociés. Il vous suffit de contacter votre mairie en demandant à figurer sur la liste en cours qui sera transmise au prestataire dès la cinquième inscription.  L’entreprise prend alors contact avec vous afin de programmer l’intervention ( préciser le volume de la fosse, les particularités de conditions d’accès…) et vous la facturera directement. Les conditions négociées (tarifs et prestations comprises )  suite à négociation figurent dans le cahier des charges à télécharger en cliquant ici.
  • Contacter le S.I.A.B.D.

    Recopier le texte*
    captcha

 

STEP – station d’épuration

La commune de Dingy s’est dotée en 2012 d’une station d’épuration (STEP) type macrophyte. Le système consiste épandre les effluents sur des filtres plantés de roseaux d’une épaisseur d’environ un mètre. Les effluents liquides sont filtrés par cette épaisseur d’un mètre de matériaux de différentes granulométries. Les effluents solides restent en surface et son desséchés par les UV du soleil.

Les roseaux fournissent un environnement favorable aux micro-organismes : apport d’oxygène1 , protection contre les UV et maintien de l’humidité. Ces derniers vont dégrader les molécules présentes dans les eaux usées : matière organique, nitrites, phosphates… Le substrat, quant à lui, permet la rétention des matières en suspension, formant des boues en surface, ainsi que l’adsorption de métaux. Enfin des réactions chimiques d’oxydoréduction et de précipitation complètent le processus. Les eaux usées collectées sont acheminées vers la station où un dégrilleur permet d’ôter les plus gros détritus des eaux. Les eaux sont stockées dans un réservoir, jusqu’à l’atteinte d’un certain niveau qui déclenche le déversement du volume entier, appelé bâchée. Un seul des deux bassins du premier étage est alimenté, par aspersion sur une plaque rigide afin de répartir l’eau sur toute la surface. L’autre bassin se trouve au repos pour laisser le temps aux réactions de s’effectuer ; la rotation entre les bassins s’effectue toutes les semaines. Des drains, installés au fond du bassin et légèrement inclinés afin d’éviter toute stagnation, permettent l’évacuation de l’eau qui a été filtrée vers le second étage qui comporte deux bassins en parallèle, puis vers le milieu naturel.

Notre STEP est dimensionnée pour 650 équivalents habitants (EH). L’équivalent-habitant (EH) est une unité conventionnelle de mesure de la pollution moyenne rejetée par habitant et par jour. La charge polluante rejetée par les ménages, les industries, les artisans est exprimée en EH, autrement dit une industrie de 100 EH pollue autant que 100 personnes. Ainsi, chaque bâtiment accueillant du public (école, marie, restaurant, bar, vestiaire de foot, toilettes publiques) est converti en EH.

La charge actuelle de notre STEP est d’environ 400 EH, les 250 EH restant sont réservés pour les opérations d’urbanisme projetés dans le chef-lieu.

 

Haut de page